N°8 : "Faire la paix avec la mort"

Quel rapport nos sociétés entretiennent-elles avec la mort ? Sommes-nous occupé·e·s à la conjurer, comme la course à l’espérance de vie et les projets les plus fous des transhumanistes nous le laisseraient imaginer ? Ou bien pouvons-nous la regarder en face, au point d’envisager de disparaître avec la tranquillité d’un Edward G. Robinson dans Soleil vert, grand récit du recyclage des corps dans une société marquée par la crise écologique et sociale ? Entre déni et rationalisation, entre peur panique et fascination, d’autres rapports à la mort peuvent s’inventer, plus sereins, à l’écoute de nos craintes comme de nos élans vitaux.

"Espérance de vie : la fin de quelle illusion ?" par Aude Vidal
"La mort, nouvelle frontière du capitalisme" par Florian Olivier
"Apoptose : la mort au programme" par Samuel
"Affronter la mort" par Irène Pereira
"Euthanasie et néolibéralisme" par Parick Marcolini
"Tuer les animaux", entretien avec Jocelyne Porcher et Stéphane
"Micro-politiques des morts" par Julia Zortea
"Vie et mort dans l’écologie politique : vers une pensée de l’inséparation" par Alice Sternberg

Articles de cette rubrique

  • La mort, nouvelle frontière du capitalisme

    , par Florian Olivier

    Transhumanisme : derrière ce mot, il y a une utopie, celle de faire reculer la mort au plus loin, voire de l’abolir, grâce aux nouvelles technologies du vivant et de l’information. Mais le transhumanisme est aussi une stratégie de développement et une course à la performance pour les capitaines (...)

  • Espérance de vie : la fin de quelle illusion ?

    , par Aude Vidal

    « Au moins dans nos sociétés meurt-on toujours plus vieux. » C’est la tarte à la crème que reçoivent en réponse les critiques de l’industrialisme, des villes tentaculaires et de la bouffe dopée aux produits chimiques. Sommes-nous vraiment sûr·e·s de mourir plus tard que les générations qui nous ont (...)

  • Micro-politiques des morts

    , par Julia Zortea

    Positivisme et rationalisme ont évacué la mort de nos sociétés au point qu’il a été possible de parler de déni. Des développements récents de l’anthropologie font au contraire apparaître l’aspiration dans le monde occidental à se réconcilier avec les morts – jusqu’à leur faire une place autour de nous, (...)