Alerte aux territoires !

territoire {PNG}Plus la mondialisation s’accélère (avec la préparation cette année d’une zone de libre échange transatlantique) et plus nous avons envie de nous réclamer « de quelque part ». Les territoires sont donc à l’honneur : les marques régionales de textile ou de bouffe industrielle fleurissent, les suppléments locaux permettent aux hebdos parisiens de vendre encore un peu de papier et les discours des élu⋅e⋅s débordent de territoires qu’il faut « développer », « mettre en synergie », « aménager », etc. Derrières ces petites fiertés avance la propagande désenclavatrice , où le territoire est le pendant géographique du « citoyen » : toujours requis mais jamais central.

Cette « ambition territoriale » n’est pas la réappropriation de nos lieux de vie. C’est leur dépossession par le vide du « marketing territorial » qui aspire et digère leurs richesses, c’est leur mise en concurrence par des infrastructures de transport permettant d’exploiter au maximum les différents arguments de leur compétitivité sur le marché national ou mondial. Les habitant⋅e⋅s ? Déménagé⋅e⋅s, réenclavé⋅e⋅s entre une voie rapide et un aéroport, ou à reconvertir en guides touristiques.

De la débrouille parigote à l’ironie landaise, en passant par l’organisation beauceronne, ici et là, et encore là-bas, ils et elles résistent. Nous transmettons leur message : alerte, on nous vole nos territoires !

Sommaire

Philémon, « Enlarge your capitale »
David Langlois-Mallet, « Le Grand Paname, fabrique de l’imaginaire »
A propos de Paris sans le peuple , d’Anne Clerval
Clarence Maeander, « A propos des villes intelligentes »
Natacha Sansoz et Pantxo Desbordes, « Greetings from Mont-de-Marsan »
Castets, « Neuf fontaines »
Léa Sébastien, « Le NIMBY contre l’intérêt général ? Tout contre »
Sophie Métrich et Julien Milanesi, « L’intérêt général et moi », roman-photo
Jacques Prades, « Territoire et économie coopérative »
Dario Fo, « Le siège de Bologne »