J'ai demandé un rapport. La politique est-elle une affaire d'experts ?

, par Aude Vidal

Mathias Roux, J’ai demandé un rapport. La politique est-elle une affaire d’experts ?
Flammarion, 2011, 120 pages, 8 €

{} Jacques Ellul (1965), L’Illusion politique , réédition La Table ronde, 2004, 10 € (épuisée)

On a pu résumer la technique comme la recherche systématique d’efficacité, le one best way ou meilleure (et unique) manière de procéder. S’il n’y a plus qu’une option, il n’y a plus de politique. C’était le rêve de la cybernétique : entrez vos données, appuyez sur le bouton et l’ordinateur génère pour vous de la décision publique. Plus besoin de faire appel au peuple, quant aux données elles seront produites de manière professionnelle. C’est de ce déplacement de la politique, du domaine de la chose publique à celui de l’expertise, qu’examine Mathias Roux. D’abord un rêve : que le peuple a disparu de l’arène politique, que ses défauts intrinsèques (la passion, la méconnaissance des questions en jeu, le fait même d’être juge de ce qui le concerne, non mais alors !) l’ont définitivement discrédité. Démocratie = populisme = fascisme. Du côté des élites autoproclamées au contraire, on flirte de très près avec la vérité, d’où une légitimité bien plus grande à gouverner, symbolisée par un Jacques Attali qui ne consent à livrer un rapport « pour la libération de la croissance » qu’avec l’assurance que les mesures qu’il accumule seront traduites immédiatement en action publique. Immédiatement, c’est à dire sans méditation, sans examen de ces propositions dans la balance politique.

L’auteur enseigne la philosophie, et ça se sent dans le décalage du regard que prétend (mission honnêtement accomplie pour cet opus-ci) apporter la collection « Antidote », inaugurée en cette rentrée chez Flammarion. C’est moins la prétention à la vérité qui est mise à mal que l’idée même de se réclamer de la vérité dans le champ politique. A la science et à la vérité, à qui il refuse droit de cité, Mathias Roux oppose une insécurité féconde, la possibilité de se tromper qui accompagne la liberté politique dans sa recherche de la justice. Puisque le monde est trop complexe, personne ne peut être assuré de détenir à son sujet un savoir indépassable, l’expertise n’a donc pas lieu d’être, c’est à l’arbitrage politique de prendre le relais.

Jacques Ellul, adjoint au maire de Bordeaux à la sortie de la guerre, a tiré une conclusion plus pessimiste de la complexité des sociétés contemporaines. Il ne s’agit pas de se battre pour garder « le choix du choix », car ce n’est pas un rapport de force, la lutte des classes, mais le système technicien lui-même qui nous dépossède de l’agenda politique et nous ferme les possibles. C’est donc à ce système et à son emprise qu’il nous faut nous attaquer : l’énergie nucléaire au service de l’émancipation, c’est structurellement aussi impossible que des tracteurs dans le bocage ou des TGV qui « innervent les territoires ». Ici se situe le gouffre entre la pensée écolo, dans toutes ses ramifications, et ce qu’on appellera faute de mieux « la gauche », qui persiste à vouloir comme l’auteur régler entre être humains des affaires qui nous dépassent.