N°2 : L'écologie contre le peuple ?

Alors que les riches détruisent la planète et que le capitalisme a organisé la commercialisation et l’industrialisation systématiques de nos pratiques quotidiennes, de brillants esprits nous expliquent que l’écologie politique est nécessairement réservée à une poignée de nanti·e·s, à une classe ne se souciant plus des questions sociales, à une élite intellectuelle capable de se projeter au-delà des simples satisfactions immédiates. Si ce discours semble corroboré par la sociologie électorale des partis écologistes, dans quel mesure n’est-il pas aussi une construction sociale maintenant la domination de l’élite productiviste ?

Les écologistes trahissent-ils le peuple, en lui refusant l’accès aux loisirs et à la consommation ? Le détournent-ils de ses luttes ? La promotion de la sobriété est-elle une manœuvre cynique visant à lui faire renoncer au progrès social et économique ? Quelle est la décence du discours écologiste face à la pauvreté ?

Pour nous, la déconstruction de ce discours semble un préalable indispensable à l’émergence d’un projet politique écologiste réellement collectif et partagé par tou·te·s. Il ne s’agit pas de construire une énième « convergence des luttes » mais bien de souligner la concordance des combats pour l’égalité, la justice et la durabilité de notre société.

Dossier "L’écologie contre le peuple ?"

Hervé Kempf, « Articuler la critique des besoins à la question des inégalités »
Makekazzo, « Écologie cherche électorat désespérément »
Sandrine Rousseau, « Repenser la question sociale »
Élisabeth Bourgain, « L’Île St-Denis : la possibilité d’une écologie populaire »
François de Beaulieu, « Des savoirs populaires à l’écologie politique »
Tudi Kernalegenn, « L’écologie et le peuple dans la Bretagne des années 1970 »
Romain Felli, « Pauvreté de la tragédie des communs »

Chroniques

« Boîte à outils »
« Chronique du vrai travail »
« L’atterrissage »
Invités : Thierry Paquot, Bruno Villalba et Philippe Godard
Roman-photo : « Debout les morts ! » avec Cornelius Castoriadis, Murray Bookchin, Günther Anders et Jacques Ellul

Reportage

« La ligne THT patine dans la boue »

Lectures

Petite histoire de l’expérimentation démocratique , d’Yves Sintomer
Aude Vidal, « Les femmes peuvent-elles écrire de la nature writing ? »
Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste , de G. K. Chesterton
Beauté fatale , de Mona Chollet
L’Horreur managériale , d’Étienne Rodin
Les Sanctuaires de l’abîme , de Nadine et Thierry Ribault
« Ce vieux livre jauni a d’l’idée » : Printemps silencieux de Rachel Carson

Varia

Amandine Dhée, « Verte ville »
Mwano, « Des millions d’images »

Interventions visuelles

Photo-reportage : Pierre Morel, « 
Campagne électorale, Serbie, mai 2012 »
Dessin et maquette : Guillaume Trouillard, « Inventaire » & « Droit de citation » (photo Patrick Buschhorn)
Installation : AIAA, « Scolywood »
Photographie : Pauline Caylak, « Istanbul »

« L’écologie contre le peuple ? »
Suzanne Husky, « Modernes vies sauvages »
Colloghan
Illustration : Guillaume Trouillard (photo Patrick Buschhorn)